Revues des plus récents CDs et DVDs dans le monde du rock progressif

19 septembre 2021
Orbit - Human Voltage
Une belle découverte, le multi-instrumentaliste Marc Girard nous présente son tout nouveau projet, Orbit, avec l'album intitulé Human Voltage. De la musique électronique de grande qualité, une douzaine de pièces courtes et efficaces, avec une belle variété de styles et de thèmes.

Toutes les pièces sur cet album ont des mélodies et harmonies accrochantes qui rappellent parfois le son new-age ambiant de Jean-Michel Jarre, ou les thèmes expérimentaux de Mike Oldfield. Les arrangements subtils et aériens sont magnifiques.

Parmi les pièces qui se démarquent, Connexion et Voyager III sont définitivement influencées par le son classique de Jean-Michel Jarre. Black Hole et Adventure, avec leur rythme enlevé, nous rappellent le son dynamique de Ozric Tentacles à certains moments. Interlude nous rappelle un peu les réverbérations éthérées de Vangelis. Dawn a des petits airs de Tangerine Dream de première époque, on y trouve un joli solo de guitare inspiré, gracieuseté de l'inégalable Bruno Coulombe! La beauté de cet album est qu'il est linéaire et relaxant, harmonieux et ordonné de la première à la dernière note. L'album est disponible en version numérique et sur CD.

Orbit est définitivement un délicieux nouveau projet qui saura plaire aux amateurs de ce style musical éclectique, je le recommande avec enthousiasme: 4.5/5


18 août 2021
Frost* - Day And Age
Les excellents gens de Frost* ont sorti un nouvel opus en mai dernier, intitulé
Day and Age, après la sortie de Falling Satellites en 2016. Jem Godfrey, John Mitchell et Nathan King se sont réunis pour enregistrer l'album en 2019 et 2020 en plein milieu du confinement pandémique, avec les batteurs invités Kaz Rodriguez, Darby Todd et Pat Mastelotto.

Frost* est réputé pour sa pop progressive audacieuse de qualité, avec un brillant mélange de chansons courtes et captivantes et de longues pièces épique grandioses, et je dois dire que Day and Age correspond parfaitement à cette description! De belles mélodies, des rythmes énergiques tout au long de l'album, mais avec des paroles plus sombres qui contrastent un peu avec les mélodies joviales et les tempos dynamiques. Beaucoup de chansons de ce nouvel album ont une énergie débordante qui est parfaite pour de la road music à plein volume !

L'album est composé de 8 pistes sur le premier CD, avec un second CD composé de leurs homologues instrumentaux et de pistes éditées. il est également disponible en format numérique et en coffret double vinyle LP + CD. La chanson titre, Day and Age, est un merveilleux début d'album avec une mélodie accrochante et un rythme énergique. Terrestrial a un rythme hypnotique et spatial, tout comme le morceau très rythmé The Boy Who Stood Still, qui a une partie narrative par Jason Isaacs (il a joué le vilain Lucius Malfoy dans Harry Potter). Island Life revient au style du 1er album de Frost*, avec la voix de John Mitchell bien en évidence. Skywards et Waiting for the Lie offrent une pause avec des mélodies plus atmosphériques. Repeat to Fade a un ton un peu plus lourd avec des paroles tout aussi intenses. L'épopée de l'album est l'excellent Kill The Orchestra, qui commence comme une ballade, pour peu à peu prendre de l'ampleur et se transformer en une pièce vigoureuse avec une mélodie entraînante !

Certaines chansons, comme Day and Age, Island Life et Terrestrial, sont accompagnées de vidéos captivantes. Un brillant 4ème album de Jem et les gars !


6 août 2021
Liquid Tension Experiment 3
Voici une brève revue du nouvel album Liquid Tension Experiment 3:

Les fans de Liquid Tension Experiment ont depuis longtemps espéré une réunion du band après la sortie des deux albums stellaires en 1998 et 1999, mais au fil des décennies, cela semblait de plus en plus improbable.

Mais à la fin de 2020, à la surprise de tous, Mike Portnoy a annoncé que le groupe s'était à nouveau réuni – dans les studios de Dream Theater rien de moins – pour enregistrer le troisième opus du formidable LTE. Ils s'étaient confinés afin de travailler ensemble en studio. LTE3 est sorti à la mi-avril de cette année.

Ce troisième nouvel album capture la spontanéité, l'énergie et l'originalité de leur premier, et je dois l'admettre, est bien meilleur que leur deuxième. Le quatuor, comme toujours, met l'accent sur une instrumentation impressionnante et une virtuosité décapante tout au long de l'album, qui est composé d'une solide sélection de pièces fougueuses et énergiques, de ballades et d'improvisation. Certaines des compositions ont des riffs directement tirés de la bibliothèque de mélodies Dream Theater de Petrucci ! Ce n'est pas une surprise que leur célèbre interprétation de "Rhapsody In Blue" de Gershwin figure sur cet album, alors qu'ils l'avaient présenté lors de leur tournée américaine en 2008 au plus grand plaisir de leurs fans !

Le groupe a également publié des vidéos promo pour les chansons The Passage of Time, Beating the Odds et Hypersonic. L'édition régulière de LTE3 contient huit pistes ; l'édition spéciale avec disque bonus comprend de près d'une heure d'improvisations. LTE3 est sorti en formats numériques, CD, LP et Blu-ray, y compris une édition artbook limitée 2CD + Blu-ray et un coffret de luxe limité

.


5 août 2021
PAKT
Voici un nouveau groupe de jazz fusion énergique avec un lineup du tonnerre; PAKT !
PAKT est composé de l'icône de la basse fretless
Percy Jones (Brian Eno, Brand X), des guitaristes Alex Skolnick (Savatage, TSO) et Tim Motzer, et du batteur Kenny Grohowski.

Un jazz fusion instrumental élaboré, avec des accents prog, un superbe niveau de virtuosité musicale, le projet PAKT est fluide et improvisé mais tout de même très organisé et cohérent. Cet album est sorti en juillet 2021, à partir d'un enregistrement d'une diffusion streamée en direct au plus fort du confinement pandémique, le 15 août 2020 à Brooklyn, NY. Le cadre intime et l'atmosphère live du ShapeShifter Lab Studio a permis une splendide collaboration et une chimie instantanée entre les musiciens, ce qui n'aurait probablement pas été possible si ce projet avait été réalisé dans leur studio maison avec les musiciens envoyant leurs pistes de musique individuelles par courriel.

Alex Skolnick déclare : « Quand nous jouons ensemble, ce n'est pas catégorisable, même si l'on pourrait probablement appliquer des termes comme jazz-rock, musique ambiante, expérimental, etc. C'est entièrement spontané. La chose la plus proche que j'ai faite de cela était un projet appelé Attention Deficit (avec Michael Manring), même si c'était du pur studio, jamais en direct. Les fans de Attention Deficit adoreront PAKT, qui peut être vu en direct, et en fait, est tout en direct, tout le temps. »

Mixé et masterisé par Benjamin Schäfer et Markus Reuter et produit par PAKT et Leonardo Pavkovic, cet album est dès maintenant disponible en format CD (2CD) sur l'étiquette
Moonjune Records ainsi que sur Bandcamp.


13 mars 2021
The Future Bites
de Steven Wilson
Voici une brève revue de l'album de Steven Wilson The Future Bites.

Steven Wilson fait partie de ces brillants artistes qui se réinventent vraiment d'un album à l'autre, son imaginaire musical semble sans limites.
The Future Bites est sorti début février, la pandémie COVID compliquant le côté production de l'album, qui devait sortir originalement l'été passé. Un changement assez radical des styles musicaux et des arrangements familiers et de la zone de confort de ses albums précédents Raven, Grace for Drowning et Insurgentes, mais toujours très fidèle à sa structure sonore et musicale.

Le thème de l'album est familier aux fans de Steven Wilson, traitant de l'identité, de la technologie et de la consommation de masse, offrant parfois une vision sombre et dystopique de notre monde. Ces thèmes ont été explorés d'une manière ou d'une autre sur
Fear of a Blank Planet de Porcupine Tree et sont récurrents dans certains de ses travaux ultérieurs. Le communiqué de presse de Steven l'a décrit comme «The Future Bites déconstruit notre utopie du 21ème siècle, tout en permettant des moments de croissance personnelle et d'optimisme».

L'album commence par Unself, une courte intro ésotérique, suivi de l'un des singles de l'album, Self, qui a un peu une ambiance techno, un morceau accrocheur. King Ghost est une pièce subtile et éthéré, qui rappelle parfois la pièce "Index", un point faible cependant, le synth drum "cacanne" devient parfois un peu grinçant à la longue. 12 things I forgot est une excellente ballade pop entraînante avec de belles mélodies et harmonies, très radiophonique, un genre que Steven a exploré sur l'album
To the Bone avec "Permanating". Eminent Sleaze est une pièce captivante et rythmée, où l'utilisation de back vocals féminins rappelle un peu Roger Waters et Pink Floyd, quelques excellents riffs de chapman stick de la part de Monsieur Nick Beggs. Man of the People est un interlude calme et délicate, qui sonne comme le matériel de l'époque de Grace For Drowning, l'un de mes morceaux préférés de l'album. Ensuite, on passe à la pièce épique, et le single primaire de l'album, Personal Shopper, d'une durée de près de 10 minutes, un morceau techno rave énergique, très rythmé, un peu sinistre, et même si je ne suis pas vraiment un fan de ce style, j'admet que la pièce est assez entraînante et est définitivement de la bonne musique à écouter sur la route! Puis vient Follower, un morceau énergique avec un rythme entraînant et un peu de guitare distortionnée pour bonne mesure, la chanson velcro de l'album avec la ligne "Ooh oh Follow me follow me" qui restera coincé entre vos oreilles! Count of Unease est une conclusion douce et mélodique à l'album avec une structure en fadeout rappelant "Happy Returns" de Hand Cannot Erase.

Le CD principal de l'album se résume à un court 42 minutes, j'aurais été tenté par le coffret de luxe qui contient près de 90 minutes de matériel boni mais bon, pour le fan occasionnel, l'édition régulière est parfaitement satisfaisante.

Quelques clips musicaux ont été produits pour les chansons Eminent Sleaze, Personal Shopper et Self, tous très originaux, parfois bizarres, avec une production soignée et des effets spéciaux de première classe.

Je dois saluer Steven pour cet album très audacieux et bien loin de sa zone de confort, on y trouve de bonnes mélodies, des thèmes pop accrocheurs et des paroles réfléchies. Certains des fans les plus enragés de Wilson ont souvent exprimé leur mécontentement face à sa phase pop actuelle et ne sont pas satisfaits de sa nouvelle direction musicale. Et c'est en effet parfois un peu dérangeant, mais donnez-lui une chance, écoutez l'album en entier, il est accrochant à la longue.

J'avoue que même si j'apprécie vraiment
The Future Bites, il n'est pas mon préféré de sa discographie. Je lui donne 3,9 étoiles sur 5.


6 février 2021
A Sky Full of Ghosts
de Sonus Umbra
Par Robert Dansereau
Aujourd'hui, je vais vous présenter A Sky Full of Ghosts de Sonus Umbra, un groupe de rock progressif basé à Chicago, mais originaire du Mexique. Sonus Umbra a produit 6 albums studio au cours du dernier quart de siècle, et leur brillant mélange de musique électrique et acoustique est ce que j'appelle affectueusement le «Chicago Sound» qui est commun avec de brillants artistes de cette région tels que Phideaux Xavier et Matthew Parmenter.

La qualité de production et le mastering de cet album est tout simplement splendide, l'une de leurs productions les plus élaborées et les plus matures, Sonus Umbra dans son incarnation actuelle est composée de multi-instrumentistes des plus talentueux:

Luis Nasser / basse
Roey Ben-Yoseph / chant, percussions
Rich Poston / guitare électrique, claviers, chant
Steve Royce / flûte, claviers, chant, holophonie
Tim McCaskey / guitare, chant
Andy Tillotson / batterie, guitare, chant
Bill Harrison / batterie, percussions

A Sky Full of Ghosts propose 9 compositions, pour un total de 64 minutes, et commence par Antidentity, une excellente pièce instrumentale avec quelques passages élégants inspirés de Jethro Tull, grâce au travail magistral de Steve Royce à la flûte, une section rythmique élégante et énergique, et quelques passages de guitare assez éblouissants et élaborés.

Bleary-Eyed People propose une intro de guitare et de flûte accrocheuse avec une belle mélodie, suivie d'un rythme plus énergique et des signatures temporelles complexes, la superbe voix de Roey Ben-Yoseph, élégamment accompagnées d'un fond de violoncelle et de la flûte toujours omniprésente de Steve Royce.

Desolation Dreams est un interlude élégant où le violoncelle et la flûte échangent avec enthousiasme.

Tout album de rock progressif digne de son nom se doit d'avoir son chef-d'œuvre épique et Hidden in the Light correspond à cette définition! Cette composition de 20 minutes a tout pour plaire, avec des changements temporels agréablement déconcertants et quelques solos savoureux, des effets spéciaux mystérieux et des passages de piano solennels et mélancoliques, augmentant jusqu'à un crescendo majestueux de voix superposées, violoncelle, guitare acoustique et piano, un pièce tout simplement merveilleuse!

Après cet opus magnum, la pièce Losing My Insanity est une pause éthérique et mélancolique avec un peu de bon vieil orgue Hammond pour faire bonne mesure!

The Last Menagerie est une pièce énergique avec des contrepoints juteux, où le jeu de basse de Luis Nasser brille de mille feux.

Time Is Running Out a un son inspiré des Beatles, une pièce douce et animée avec une belle mélodie captivante et des harmonies vocales plaisantes.

The Waves Will Devour the Sea est un morceau instrumental divertissant avec une ambiance avant-gardiste, une intro qui rappelle Miriodor, qui met vraiment en valeur le talent de ces splendides musiciens.
Apogee est une conclusion distinguée et mélancolique à cet album, se terminant par une voix narrative éthérées rappelant un peu Anathema.

Hé bien voilà, une splendide variété de sons et de styles, mais très homogène et cohérente dans son ensemble. La profondeur et la qualité de ces compositions sont des plus plaisantes, de la première à la dernière, un album apprécié à sa juste valeur dans son intégralité.

Découvrez cet album sur Bandcamp à
:
https://gotsonus.bandcamp.com/album/a-sky-full-of-ghosts


Sonus Umbra - A Sky Full of Ghosts • Lancé le 22 décembre 2020 • UPC code: 700261484990


24 novembre 2013
HUIS - DESPITE GUARDIAN ANGELS
par Robert Dansereau

Despite Guardian Angels est le premier album de la formation montréalaise Huis. Le groupe est composé d'un excellent rassemblement des meilleurs musiciens de rock progressif de la scène musicale de Montréal, dont Michel Joncas à la basse, Pascal Lapierre aux claviers, Sylvain Descoteaux au chant, William Régnierà la batterie et Michel St-Père aux guitares. Formée à la fin de 2009 par Michel et Pascal, avec Sylvain, William et Michel St-Père se joignant au groupe plus récemment, le quintet est entré en studio au début de l'été 2013 pour enregistrer ce forrmidable album inaugural

Despite Guardian Angels incorpore tous les éléments essentiels de l'album de rock progressif parfait dont l'instrumentation riche et luxuriante, les signatures temporelles singulières, les changements de tempo abrupts, les claviers omniprésents et parfaitement équilibrés, avec des sons de Hammond, de moog et de mellotron. Des compositions hypnotisantes interprétées avec brio, une grande cohésion de l'ensemble, avec un son symphonique qui ne déborde pas dans l'excès, le tout agrémenté du jeu de guitare toujours élégant et de bon goût de la part de notre ami Michel St-Père à travers tout l'album. Un bel équilibre entre les composantes vocales et instrumentales.

Les thèmes musicaux explorés sur cet album varient entre les sons médiévaux inspirés de Alan Parsons, aux compositions rock énergiques et enjouées, jusqu'aux motifs de rock progressif mélodieux symhonique des plus grandioses, et offre un parfait mélange de balades et de pièces rythmées, avec de solides racines dans le rock progressif classique, tout en restant remarquablement original et rafraîchissant.

Les points forts de cet album sont les excellentes pièces instrumentales Oude Kerk I et II avec de fantastiques solos de guitare et une section rythmique du tonnerre, et la saisissante pièce Little Anne qui met bien en évidence les talents de chanteur de Sylvain, mélodieuse et paisible, qui s'intensifie en un crescendo imposant. Il n'y a pas de longues compositions épiques sur cet album, avec les pièces variant entre 3 et 9 minutes, un total de 11 pièces offant plus de 73 minutes de musique.

Quelle merveilleuse découverte musicale! Les amateurs de rock progressif symphonique mélodieux vont adorer. Un incontournable!



4.5 sur 5

Liste des pièces:
1- Beyond the Amstel
2- Haunted Nights (Instrumental)
3- The Last Journey
4- Oude Kerk I (instrumental)
5- Lights and Bridges
6- Little Anne
7- If By Morning
8- Oude Kerk II (Instrumental)
9- Write Your Name
10- Salvation
11- Garden of Dust

Durée totale: 73:00

Musiciens:
Michel Joncas: basse
Pascal Lapierre: claviers
Sylvain Descoteaux: chant
William Régnier: batterie
Michel St-Père: guitares

Informations:
Unicorn Digital - date de sortie: début janvier 2014


20 janvier 2013
ANTONIUS REX - HYSTERO DEMONOPATHY
par Eric Caron

La musique d’Antonius Rex ne laisse personne indifférente! On aime ou on n’aime pas!

Le dernier CD de cette formation italienne ne fait pas exception à la règle…
Hystero Demonopathy ne laisse pas indifférent. Une musique progressive très cinématographique, riche en sonorités variés, des mélodies souvent sombres, une trame sonore de film d’angoisse ou de «Heroic Fantasy»!

La première pièce musicale de l’oeuvre, Hystero Demonopathy, est une ouverture puissante. On y retrouve l’orgue, souvent présent dans la musique de cette formation ainsi que dans les formations précédentes d’Antonio Bartoccetti telle Jacula. On y entend aussi le choeur grégorien qui est des plus accrocheurs. Le solo de guitare est excellent. La pièce suivante, plus douce mais sombre se nomme Suicide Goth. Une balade triste avec force émotion. Les claviers y ont une place prépondérante comme dans le reste de l’album. L’intro d’Are Mine laisse la place à la guitare acoustique rapidement remplacée par la guitare métal et les claviers omniprésents. Il n’y a pas de parole dans les pièces de cet album mais uniquement des mots récités ou des voix de femmes en transe ou en souffrance selon le thème de la pièce.

Après un poème en italien bien sûr, la quatrième pièce, Disincantation, nous propose une promenade presque féérique où la guitare flirte avec le blues. Demonic Hysteria est une pièce très sombre. Une sorte de trip hop métal gothique avec un solo de guitare assez décapant. Le titre évocateur de la pièce suivante The Devil's Nightmare poursuit dans la même veine très sombre, une musique puissante accompagnant une cavalcade horrifique sur l’écran… La pièce Witches s’ouvre de façon «timburtonesque» et se poursuit lentement telle une langoureuse marche d’âmes perdues. La pièce suivante The Fatal Letter, malgré une intro plutôt joyeuse et la lecture d’un autre poème reste triste mais finit comme dans une chanson du groupe Enigma dans les années 90. La dernière pièce est tellement cinématographique, c’est ni plus ni moins une trame sonore d’un film très sombre et brutal.

Bref, une musique instrumentale sombre et qui évoque beaucoup d’image lors de l’écoute. Cela reste une musique quand même assez spéciale qui demande une grande ouverture d’esprit pour apprécier. Comme annoncé au début de mon article, on aime ou on n’aime pas! Vous pouvez écouter ce CD pour quelques semaines encore sur le site web www.progstreaming.com
.


3 sur 5

liste des pièces:
1. Hystero Demonopathy
2. Suicide Goth
3. Are Mine
4. Disincantation
5. Demonic Hysteria
6. The Devils Nightmare
7. Witches
8. The Fatal Letter
9. Possaction (integral document)

vidéo boni:
Rexample (vocals soloist & riffs pt. 1)

durée totale; 59:20

musiciens:
Antonio Bartoccetti: guitares, chant, basse
Rexanthony: chant, claviers, synths, piano, batterie/orchestre numérique
Monika Tasnad: medium

sortie:
Black Widow Records BWR 153-2 (en CD et en vinyle) 12 décembre 2012


20 novembre 2011
TRURL - DO NOT SEE ME RABBIT
par Robert Dansereau

Le nom n'est peut-être pas familier, mais le son de clavier est instantanément reconnaîssable. Trurl est le pseudonyme de l'un des membres fondateurs de Glass Hammer, Fred Schendel, et Do Not See Me Rabbit est son plus récent projet instrumental, disponible via Bandcamp.

Fred joue tous les instrument sur cet album, et grâce à la magie du studio, lui a donné un son formidable. Il a travaillé entre 2005 et 2006 sur ce projet, mais a décidé de le rendre disponible quelque peu discrètement en septembre 2011.

Do Not See Me Rabbit est un album instrumental énergique et exubérant, comprenant une série de pièces brillantes qui amalgament les synthétiseurs au son classique du Hammond et du piano à queue. De belles harmonies et des mélodies accrochantes avec un son très typique de Glass Hammer, et quelques expériences sonores intéressantes pour compléter le tout. Un projet indispensable à ajouter à la collection de tout amateur de Glass Hammer, et une très bonne représentation de la versatilité et du génie musical de Fred Schendel.

Do Not See Me Rabbit est l'un de ces petit bijoux méconnus qui j'espère, ne restera pas dans l'anonymité pour très longtemps. L'album est disponible sur Bandcamp pour une somme des plus raisonnables, il y aura peut-être une sortie sur CD si la demande est suffisante.


4.5 sur 5

liste des pièces:
1. Indoctrination . . . . 8:47
2. Affirmation and Tasty Snacks . . . . 9:27
3. Chest Pain and Sophistry . . . . 5:44
4. Passion and Industry . . . . 7:11
5. Travels with Lemon On A Stick . . . . 0:51
6. Opposition and The Great Toe Of Enlightenment . . . . 6:25
7. Bonus Track (2009): Whirled Peas . . . . 3:51

durée totale 42 minutes

musiciens:
Fred Schendel: Tous les instruments, production et mastering.

sortie:
Téléchargement numérique via Bandcamp. Sortie: 15 septembre 2011


2 janvier 2010
THE BOX - LE HORLA DE MAUPASSANT
par Robert Dansereau

Fondé en 1981, The Box est mieux connu pour ses succès Must I Always Remember, Closer Together et L'Affaire Dumoutier (Say to Me) qui ont tourné sur les ondes de CKOI et CHOM à la fin du 20ème siècle. Le chanteur, claviériste et compositeur du groupe, Jean Marc Pisapia nous propose un nouvel album de The Box cette fois-ci entièrement en français, dont le concept est basé sur Le Horla d’après Guy de Maupassant. Ma première audition de cet album m'a renversé!

Définivement leur album le plus «progressif», on y trouve une grande variété de rythmes dont beaucoup de thèmes atmosphériques hypnotisants, des très belles mélodies et une énergie surprenante, tout en gardant le son classique de The Box. L'instrumentation sur cet album est des plus variées, en passant de l'accordéon au Hammond B3 distortionné, des délicates mélodies au piano jusqu'aux tons de rock fracassant, certains passages des pièces L'eau le vin et le lait et Sous Hypnose me rappellant même les belles années de Deep Purple. Quelques textes en latin ponctuent la pièce Un impénétrable mystère, et la pièce J'ai vu offre des rythmes puissants et des mélodies ensorcelantes.

Lancé en décembre 2009, c'est ma première découverte de la nouvelle année et probablement l'un des albums les plus captivants que j'ai eu le plaisir d'écouter depuis bien des années. Avis aux amateurs de rock progressif, n'hésitez pas à vous le procurer, c'est un album d'une grande richesse côté composition et instrumentation, et en français!


4.5 sur 5

liste des pièces:
1. Ouverture (6:15)
2. Incubus (9:14)
3. L'Eau, Le Lait, Le Vin (6:30)
4. Mont Saint Michel (10:57)
5. Le Chat Noir (2:12)
6. Un Impénétrable Mystère (6:49)
7. À Bougival (5:07)
8. Sous Hypnose (7:01)
9. J'ai Vu (8:47)
10. Super 61 (3:44)

Total Time 66:30

musiciens:
François «Ace» Bruneau / Guitars
Martin Lapierre / Drums
Isabelle Lemay / Vocals
Guillaume Marchand / Keyboards
Jean-Marc Pisapia / Vocals, Keyboards
Daniel Volji / Bass

sortie:
CD simple • Les Disques Passeport (PAS-CD-1228) • 11 novembre 2009


REVUES D’ALBUMS ARCHIVÉES:

TOMAS BODIN - I AM
CANVAS SOLARIS - PENUMBRA DIFFUSE
THE D PROJECT - SHIMMERING LIGHTS
DREAM THEATER - SYSTEMATIC CHAOS
THE FLOWER KINGS - PARADOX HOTEL
FROGG CAFÉ - FORTUNATE OBSERVER OF TIME
FROST* - MILLIONTOWN
GLASS HAMMER - THE INCONSOLABLE SECRET
HELMET OF GNATS - HELMET OF GNATS
JADIS - PHOTOPLAY
CHARLES KACZYNSKI - LUMIÈRE DE LA NUIT
MAGENTA - THE GATHERING (DVD)
MARTIN MAHEUX CIRCLE - SIBYLLE
LA MASCHERA DI CERA - LUXADE
MIRIODOR - PARADE + LIVE AT NEARFEST
DAVID MYERS - DAVID MYERS PLAYS GENESIS
PAATOS - SILENCE OF ANOTHER KIND
PALLAS - THE DREAM OF MEN
PORCUPINE TREE - FEAR OF A BLANK PLANET
RITUAL - THE HEMULIC VOLUNTARY BAND
RPWL - START THE FIRE - LIVE
SAGA - 10 000 DAYS
ROINE STOLT - WALL STREET VOODOO
DARYL STUERMER - REWIRED (THE ELECTRIC COLLECTION)
SYMPOZION - KUNDABUFFER
STEVE THORNE - EMOTIONAL CREATURES, PART TWO
THE TANGENT - A PLACE IN THE QUEUE
UNITOPIA - MORE THAN A DREAM
WASTEFALL - SELF EXILE
YETI RAIN - DISCARNATE


©2005-2021 ProgMontréal - Robert Dansereau - Tous Droits Réservés - All Rights Reserved